Pages

vendredi 21 juin 2013

Brève chronique de la Saint-Vé, de 1884 à 1945

« Jamais de la vie, on ne l’oubliera, la première fille qu’on a prise dans ses bras… » S’il dit vrai, Brassens aurait pu tout aussi bien fredonner la même chose sur « la première Saint-Vé où l’on se cuita ».

Chaque année, les nouveaux étudiants de l’Université libre de Bruxelles attendent avec impatience la Saint-Verhaegen ou « Saint-Vé », qui célèbre la fondation de leur Alma Mater le 20 novembre 1834. Et pour cause : tandis que les anciens - les « Poils » - vadrouillent, guindaillent, chantent et dansent dans un joyeux chaos, ils sont - eux - qualifiés de « Bleus » et sont chahutés de septembre à novembre par le comité de leur cercle facultaire. Aux épreuves s’ajoutent les joies : ils apprennent l’argot estudiantin, les chants séculaires, les rites bibitifs. Au terme de leur initiation, les néophytes sont baptisés à la bière et au bleu de méthylène. Consécration : ils reçoivent leur « penne », la casquette à laquelle ils épingleront une étoile par année académique.

Arrivent le 20 novembre et la Saint-Verhaegen, point d’orgue des activités du semestre d’hiver. Ce jour-là, les Bleus des différentes facultés se pavanent avec leur penne monostellaire et immaculée ; ils vont se rencontrer, se reconnaître et se découvrir nombreux. Ils vont surtout enfin pouvoir côtoyer leurs aînés dans une franche camaraderie lors des commémorations.

La matinée est consacrée aux hommages. Les autorités académiques et les représentants des cercles saluent la mémoire de Pierre-Théodore Verhaegen, fondateur de l’Université, dont ils fleurissent la tombe au cimetière de Bruxelles et la statue installée au campus du Solbosch. Un hommage est également rendu aux morts de la Seconde guerre mondiale, au Tir national où des étudiants furent exécutés et au monument élevé sur le Solbosch en l’honneur du Groupe G, mouvement de résistants né à l’ULB.

Les réjouissances proprement dites débutent à l’hôtel de ville de Bruxelles, où un verre de l’amitié est offert par le bourgmestre. De là, la délégation de l’Université, accompagnée d’une fanfare, se rend le cœur pétillant au pied de Manneken Pis, habillé en étudiant pour l’occasion, elle lui offre l’une ou l’autre perle des Fleurs du Mâle, le chansonnier estudiantin. On entend alors retentir l’’hymne des étudiants qui débutent par le généreux « Semeur vaillant du rêve… »

L’après-midi, un cortège haut en couleur est propulsé dans le centre-ville par les cercles étudiants. Autour de chars décorés sur un thème d’actualité, on chante, on écoute un rock survolté à la place des classiques lancés par la fanfare jusque dans les années 1990. Et on déguste pils et kriek par hectolitres. Les Bleus attrapent la cuite et, sous un ciel étoilé, découvrent l’existence des trous noirs. C’est leur première Saint-Vé : ils font désormais pleinement partie de la communauté universitaire. Mais… la soirée se poursuit bien évidemment en chansons dans les estaminets du centre-ville et du quartier de l’Université.

Si la Saint-Verhaegen, avec ses hommages et son cortège, s’inscrit dans le paysage (et la géographie) de Bruxelles, elle est davantage une fête communautaire qu’une réjouissance locale. Aussi croise-t-on souvent des Poils grisonnants qui célèbrent leur trentième ou leur quarantième Saint-Vé au milieu d’étudiants, qu’ils appartiennent ou non au même cercle. Les différentes sections régionales de l’Union des Anciens Etudiants de l’Université libre de Bruxelles organisent d’ailleurs leur traditionnel banquet de Saint-Verhaegen, à Bruxelles mais aussi à Ath, près de Charleroi, dans le Brabant wallon, à Paris, à New-York à Kinshasa et Pékin… On y entonne les mêmes refrains ; on y évoque de la même manière les camarades et les vadrouilles, les professeurs et les buses.

Les débuts

La tradition de la Saint-Verhaegen remonte aux fêtes organisées à l’occasion du cinquantième anniversaire de l’ULB en 1884. Ce sont elles qui donnent l’impulsion initiale au folklore estudiantin ULBiste tel que nous le connaissons aujourd’hui, bien que l’on guindaillât depuis longtemps déjà dans les bistrots du quartier de l’Université, installée à cette époque dans le palais Granvelle, rue des Sols. La cour d’honneur, où s’élevait depuis 1865 la statue de Verhaegen, donnait sur la rue de l’Impératrice, à l’endroit où s’ouvre actuellement la Galerie Ravenstein boulevard de l’Impératrice.

Outre les fêtes organisées à l’ULB, une délégation de trois cents étudiants est reçue le 21 novembre 1884 par le Grand Orient, dans le temple de la rue du Persil. Ils remettent un maillet d’argent au grand maître Eugène Goblet d’Alviella. Par ce geste, ils affirment les liens privilégiés que leur Université entretient avec la Franc-Maçonnerie belge qui l’a fait naître et, plus particulièrement, avec le Frère Pierre‑Théodore Verhaegen, disparu en 1862. L’histoire de ce maillet ne s’arrête pas là : dérobé à l’exposition anti‑maçonnique de 1941 par l’étudiant en médecine Paul­-Emile Lambelin, il est remis après la guerre au Grand Orient accompagné de la mention « Offert à la Franc‑Maçonnerie par la Fédération des Etudiants à l’occasion du 50e anniversaire de la fondation de l’Université de Bruxelles. Récupéré par eux à l’exposition antimaçonnique à Bruxelles en 1941 ».

Mais c’est en 1888 que Pierre Théodore connut les joies de la canonisation.

La Saint-Verhaegen de 1888

L'expression « Saint‑Verhaegen » n'apparaît qu'en 1888. Tandis que la Belgique est sous tutelle catholique depuis quatre ans et que les tensions grandissent au sein du parti libéral entre progressistes et doctrinaires, les étudiants décident- non sans ironie - de sanctifier le fondateur de leur Université, afin de réaffirmer les idéaux de celui-ci.

Le matin du 20 novembre 1888, ce sont ainsi 200 étudiants (sur 1400) portant les drapeaux des différentes sociétés quise rendent au pied de la statue de Verhaegen,située devant les bâtiments de la rue des Sols. Puis, ils vont déposer une couronne de feuilles de chêne sur sa tombe au cimetière de Bruxelles. 

L'ULB, rue de l'Impératrice (vers 1910).

L'Etudiant, organe de la jeunesse libérale universitaire, du 22 novembre 1888 nous livre un compte-rendu détaillé de cette journée organisée par la Société Générale des Etudiants. En lisant entre les lignes, on comprend que les moments forts de la journée - tels que le cortège, les discours et les hommages, le banquet agrémenté d'une séance théâtrale et de chansons ainsi que le bal et le punch flambé -­ existent alors depuis plusieurs années. Ainsi, on retrouve déjà le punch au banquet du 20 novembre 1859.

Il est très probable que le cortège du matin reliant l'estaminet de la Porte-Verte (installée près du Treurenberg) à l'Université se soit déroulé sous la forme d'un « monôme », c’est-à-dire en une file indienne à laquelle l’étudiant de tête imprime des courbes fantaisistes en zigzagant sur la voie publique. Après un banquet pharaonique tenu à la Porte-Verte, les étudiants accompagnés de leur Harmonie se dirigent à nouveau vers l'Université. Ils la découvrent éclairée aux feux de Bengale et à la lumière électrique. Des acclamations accueillent le spectacle « aux allures d’apothéose », selon les termes de L’Etudiant. Puis tout le monde marche vers le local des vétérinaires (rue des Poissonniers) et la Croix-de-Fer, le local du cercle intime des Nébuleux, avant de se diriger vers le restaurant qui accueille le banquet du corps professoral et administratif. Un parcours bien différent de celui du cortège actuel.

Deux ans plus tard, les autorités académiques se joignent aux commémorations organisées par les étudiants.

De la première guerre mondiale aux années 1930

Le programme des festivités évolue… mais jusqu’à la fin des années 1930 le principe reste le même : diverses cérémonies officielles, un cortège en monôme, suivi d’activités bibitives vespérales et nocturnes dont l’ingurgitation d’un punch flambé. On y ajoutera dans les années 1920 une escapade à l’aube pour aller savourer une soupe à l’oignon chez « Moeder Lambic », un estaminet coincé entre le Bois de la Cambre et la chaussée de Waterloo.

Bien entendu, parfois les événements se chargent de modifier cette belle organisation : ainsi, pendant la première guerre, des Saint‑Vé ont été célébrées au Front. L’Indépendance Belge du 30 novembre 1916 rapporte que, le 19 novembre, se sont réunis à La Panne cinquante‑huit étudiants et anciens étudiants, dont les pensées allaient vers leurs frères qui à la même heure chantaient « Je meurs vaillant du rêve » dans les boues de l’Yser et de l’Yperlée et, surtout, vers ceux des leurs mort au champ d’« honneur ».

Après avoir souffert dans les tranchées, les étudiants retrouvèrent leurs auditoires avec plaisir. La Saint-Verhaegen de 1919 a été une très grande explosion de joie : les bourgeois ont accueilli le cortège au cri de « Vivent les étudiants ! » Les chansonniers en ont gardé le souvenir dans les couplets de « La première Saint-Vé »…

La première Saint-Vé
Air : Marche des poilus

Depuis six ans d'affreux silence,
Nous n'avions plus connu ce jour
Que les soldaient fêtaient en France
Avec ferveur, avec amour.
Mais cette fois, c'est dans Bruxelles
Que, libérés et réunis,
Nous avons chanté, pleins de zèle,
Verhaegen, notre grand ami.

Ah, quelle nuit de plaisir
Nous avons passée ensemble ;
Ah, l'immortel souvenir ;
Toute la ville encore tremble
De nos cris harmonieux,
Dignes échos de l'orgie ;
Verhaegen peut être heureux,
La fête fut bien réussie.
Médaille honorifique.
Derrière l'étudiant-soldat, on reconnaît les bâtiments
de l'ULB, rue de l'Impératrice.

Au verso, le nom de l'étudiant honoré par l'Université.

Dans les années 20, les activités se passaient naturellement dans les locaux de l’Université et à la Maison des Etudiants, au Palais d’Egmont, et le cortège descendait vers la ville, prenait les boulevards du centre jusqu’à la place Rogier, revenait par la rue Neuve puis remontait par la rue de Namur jusqu’à la porte du même nom.

C'est à cette époque que commencent à apparaître les ancêtres des « chars » actuels. Les étudiants avaient alors un souffre‑douleur tout trouvé : le célèbre et très catholique docteur Wibo (prononcez « vit-beau »), président de la « Ligue pour le relèvement de la moralité publique ». Avec une telle carte de visite, il ne pouvait que s’attirer les sarcasmes des Poils. Son mannequin ornait le fiacre de l’Assemblée générale, avant qu’y fût bouté le feu.

La Saint-Vé de 1927 et le fiacre avec Wibo.
Deux Poils jouent les bourreaux :
ils portent les mêmes cagoules que les comitards de baptême.

Plus tard, lorsque l’Université aura été transférée au Solbosch, les étudiants nostalgiques feront un arrêt à la « Vieille Université ».

La Seconde Guerre mondiale

En 1939, 40 et 41 (l’ULB fermera ses portes le 25 novembre 1941), l’A.G. décida de renoncer à la fête et d’organiser des collectes au profit des familles des étudiants et anciens étudiants mobilisés. Mais pendant toute la durée des hostilités, les pensées des étudiants et anciens étudiants allaient, aux alentours du 20 novembre, vers leur Alma Mater. Ainsi, pas mal d’étudiants de l’ULB sont partis à Londres pour continuer le combat contre le régime nazi.

En 1943, lors d’une des Saint-Verhaegen d’exil, un Poil de l’ULB racontera ce qu’il avait vécu un an plus tôt. En octobre 1942, il est à la prison de Saint-Gilles : « J’ai croisé dans les couloirs de vieux professeurs, grossièrement vêtus de chandails de laine, chaussés de lourds souliers. Je savais que dans de nombreuses cellules, il y avait des anciens de Bruxelles et même des étudiants. » « Novembre 1942 : la Saint-Verhaegen approche… Il vient d’être condamné à mort et attend son exécution… Il s’évadera le lendemain et rejoindra la RAF, mais, ce 20 novembre, avant de partir, il veut dire adieu à ceux qui restent. « Je grimpe sur la table de ma cellule et, à tue-tête, je chante : Semeur vaillant du rêve… L’écho me répond de toutes les cellules. Ce ne sont pas seulement ceux de l’U.L.B., mais tous, qui du fond de leur cachot, répètent ce chant de liberté. (…) » (Revue de Médecine et de Pharmacie, Saint-Verhaegen 1945)

L’Université rouvrira ses portes le 20 novembre 1944 : il n’y eut bien entendu pas encore de cortège cette année‑là, une partie du territoire national étant encore occupé. Un rassemblement eut néanmoins lieu au Solbosch, devant la statue de Verhaegen et à la colonne du Congrès.
 
 
Le Soir Illustré du 22 novembre 1944.
Image empruntée à Quevivelaguindaille.be
Le premier cortège aura donc lieu le 20 novembre 1945… et 1946 verra la réapparition de la médaille de Saint‑Vé. Car la Saint-Vé, c’est aussi les médailles émises chaque année depuis 1938 et accrochées aux pennes. A l’origine, l’A.G. était seule émettrice de médailles. Dans les années 1950, sont apparues les médailles dites « parallèles », émises par d’autres associations d’étudiants… voire des personnes physiques. Ces médailles sont souvent, mais pas toujours, en rapport avec le thème du cortège. Certaines sont de véritables œuvres d’art estudiantin : rendons ici tout particulièrement hommage à Guy Lassine, qui dessina les médailles de l’A.G. de 1954 à 1960.

Médaille de Saint-Vé de 1946.
Le vert et le rouge sont un rappel des couleurs de la Ville de Bruxelles.
Et après…

La place et le temps nous manquent pour poursuivre notre récit : l’écriture complète de l’histoire de la Saint‑Vé sera pour celui ou celle qui s’y attèlera un jour sera un travail de longue haleine ! Peut-être accepterez-vous de la part du premier auteur un souvenir de sa prime jeunesse. La Saint‑Vé, ce n’est pas que les cérémonies officielles, ce n’est pas que le cortège. C’est aussi la visite, pour certains, à leur ancien athénée. Ainsi, au milieu des années 70, dans un célèbre établissement de la rue Ernest Allard, les étudiants ont trouvé fort amusant (ça l’était) de transformer les cacas d’athénée que nous étions en saumons, leur faisant remonter les escaliers après avoir bien entendu bouché les éviers et ouvert les robinets de l’étage supérieur… Aujourd’hui, ces visites sont nettement plus encadrées, l’établissement en question faisant signer une charte de convivialité aux étudiants visiteurs. Mais... comme le dit Le Semeur, « A d'autres la Sagesse »...

[Michel Hermand et Olivier Hertmans]
Cet article a été rédigé pour le numéro 46 des Cahiers de la Fonderie 
La Fonderie, centre d'histoire économique et sociale de la région bruxelloise : www.lafonderie.be

vendredi 7 juin 2013

Le baptême à l'ULB dans les années 1950

Les lignes qui suivent ont été publiées en 1960 dans "L'Etudiant", un livret composé par un Poil de l'ULB surnommé Esbé (pour S. Brabant). On y découvre entre autres que, dans les années 1950, l'intégration des Bleus se déroulait en trois temps : l'antébaptême, le prébaptême et le baptême à proprement parler. Et que les Bleuettes (appelées alors Bleues) n'étaient, elles, concernées que par la première de ces étapes.

On remarquera aussi que les Bleus étaient baptisés un à un (et non en groupe comme aujourd'hui), selon un rite qui ressemble à celui d'un Tribunal actuel.

Nous avons complété ce texte par deux photos, reçues d'un antiquaire. La seconde - prise lors d'un Tribunal - est assez rare ; c'est en tout cas la seule de ce type que nous connaissions. Si l'on considère qu'il s'agit de deux plaques de verre et si l'on en juge par les vêtements des étudiants, ces clichés doivent dater des années 1950, époque décrite par l'auteur de "L'Etudiant".


L'antébaptême

« Les filles, bien entendu, ne sont pas baptisées, mais avant d'abandonner leur appellation de "sâle bleue" pour celle de "bleue", elles doivent endurer respectueusement pendant trois semaines environ (cela dépend des Cercles), de concert avec leurs congénères masculins, les brimades antébaptismales : faire des exercices de gymnastique, nettoyer au Sidol les grilles d'un parc, cirer les chaussures des poils et plumes, laver leurs voitures et leurs motos, venir déguisées aux cours, apprendre une chanson enfantine, etc., etc.

« Le bleu, lui, devra en plus, sur un sujet imposé, rédiger une dissertation à lire lors du prébaptême. Certaines idées sont restées célèbres :

* De l'élevage du homard tigré femelle à Tristan da Cunha.
* De l'influence de l'instinct sexuel sur la vente à tempérament.
* Qu'arrive-t-il à un bleu d'Auvergne qu'un bleu de Bruxelles passerait au bleu de méthylène ?
* De l'écart quadratique au point critique.
* De l'utilisation de la ficelle chez les Ourous du lac Titicaca.
* Des lettres de cachet au Brésil de 1267 à 1501, etc.

« Et les bleus doivent essayer d'être originaux ! » (Esbé, "L'Etudiant", Bruxelles, 1960)

Le prébaptême

« Le nouvel étudiant est un "infect bleu" jusqu'après son baptême. Il devient simplement un "bleu" dès qu'il a subi cette initiation importante, capitale même puisqu'elle influera sur tout le cours de sa vie universitaire. En effet, pour pouvoir porter la penne, pour pouvoir être élu à n'importe quel poste à l'A.G., au Libre Examen ou dans un Cercle, il faut avoir été baptisé.

« Pour le grand jour de son baptême, le sâle bleu devra se rendre en un point de la ville affublé de vêtements grotesques ou baroques. Les poils rassemblent les bleus, les promènent dans le centre, leur font faire des courses-relais, tapisser les trottoirs, déclarer leur flamme à de jolies passantes, envahir la gare centrale ou un grand magasin, marcher à quatre pattes, avancer en brouette, faire du hula-hoop, etc. Les badauds s'amusent, en général, beaucoup de ces facéties. Les agents de police, moins, car elles entravent la circulation des piétons et le trafic des véhicules.

« Après une ou deux heures de ces "divertissements" (pas pour les bleus), tout le monde se rend enfin au local du prébaptême.

« Au prébaptême, le Comité pose aux bleus quelques questions auxquelles ils répondent du mieux qu'ils peuvent. Ils sont ainsi cotés et leurs baptêmes seront plus ou moins sévères et difficiles selon les points obtenus.

[...] » (Esbé, "L'Etudiant", Bruxelles, 1960)

Les Bleus, lors d'une descente en ville.

Le baptême

« Le baptême qui, d'habitude, suit immédiatement le prébaptême, se déroule dans un local différent. Toutefois, la mise en scène reste identique et digne des interrogatoires du 3e degré : grande pièce sombre, hurlement de l'assistance déjà saoûle, le Comité de baptême en toges, trônant derrière un bureau surélevé et s'éclairant avec des bougies, les tables disposées en cercle formant une arène au centre de laquelle le bleu tout nu est livré aux maîtres sacrificateurs en blouse blanche et coiffés de cagoules (afin de ne pouvoir être reconnus, par la suite, de certains bleus vindicatifs).

« Le bleu est alors arrosé de bière glacée, peint de couleur à l'eau, collé de glu, couvert de peluches, tondu, malmené, effrayé... l'assemblée exhortant violemment les sacrificateurs à moins de mansuétude. » (Esbé, "L'Etudiant", Bruxelles, 1960)


Dessin extrait d' Esbé, "L'Etudiant", Bruxelles, 1960.
A la table drapée et éclairée de trois bougies, le Comité en toges.
 
Les bleus devant le Tribunal, éclairé de bougies.

Etude chimique de l'étudiant

Ce petit texte - qui fera sourire les scientifiques - a été repris dans "L'Etudiant", un recueil composé en 1960 par Esbé (pseudonyme de S. Brabant). Mais il est sans doute plus ancien.

Etude chimique de l'étudiant

Etat naturel :

L'étudiant est un "corps" très répandu dans la nature ; il existe depuis des "Villon" d'années. Des gisements importants se trouvent en Belgique, principalement dans les grandes villes : Bruxelles, Liège, Louvain, Gand, Mons, Gembloux, Anvers...

On le rencontre sous diverses formes : soit à l'état libre dans les cafés, dancings, restaurants, grands magasins et cité universitaire. C'est sous cette forme qu'il est le plus actif et le plus individualiste. Soit à l'état concentré dans les auditoires et les locaux dont l'ensemble forme ce qu'on appelle vulgairement une "boîte". Sous cette forme agglutinée, il forme une masse amorphe et ne possède plus aucune réaction.

Préparation industrielle :

On introduit plusieurs tonnes de "bleus" dans les auditoires et on les expose pendant un certain temps, généralement un an ou deux, à l'action des lumières professorales. La réaction photochimique forme lentement des étudiants. Cependant, il est à noter que certains bleus ne parviennent à se transformer qu'incomplètement. Après  être devenus des "doubles-bleus" et des "triples-bleus", ils disparaissent sans laisser de trace.

Après un an de macération, on procède à une distillation fractionnée, nommée communément "examens" et qui a pour but de précipiter les impuretés sous forme de "buses". Les étudiants qui ont bien passé ce stade sont appelés "poils" et "plumes".

Variétés allotropiques :

L'étudiant pur ainsi obtenu se présente sous deux variétés allotropiques : les "manches-à-balles" et les autres. Les manches-à-balles sont introuvables dans les réactions d'hydratation dénommés "guindailles".

La deuxième variété se distingue de la première en s'évaporant des auditoires sous l'action des rayons solaires et de la température clémente.

Propriétés chimiques :

L'étudiant, en général, se combine très aisément avec l'argent dont il est avide et qu'il se procure par des opérations plus ou moins subtiles. Mais cette combinaison est particulièrement instable, car l'étudiant libère facilement l'argent :

1) par réaction de substitution avec la bière. Cette réaction a des limites : lorsque toutes les valences de l'étudiant sont saturées, on dit qu'il est "plein" ou qu'il est "rond".

Cette réaction est également auto-catalytique. Aussi, en très peu de temps, il forme une substance inerte de couleur jaunâtre. Par hoquets, nausées et soubresauts, il tend alors à libérer également la bière.

2) sous l'action des jolies filles, et cela plus ou moins facilement, suivant le degré d'intelligence et de roublardise des intéressées.

Indicateurs différents :

L'étudiant vire au vert en présence d'interrogateurs.

Lorsqu'il est passé sans dommage par leur contact, il est à l'état pur mais non encore raffiné.